Souscrire à un crédit quand on est interdit bancaire

Les  consommateurs d’emprunts ressentant des difficultés à rembourser leurs dettes sont nombreux. Il n’est pas facile d’honorer ses dettes lorsque l’on doit en même temps faire face à des dépenses imprévues.  Malheureusement, retard de paiement signifie fichage à la Banque Nationale de Belgique. Quelles sont les solutions à envisager pour les particuliers fichés ? Peuvent-ils espérer obtenir un crédit malgré leur situation financière ? Nous allons tenter de répondre à ces questions à travers cet article !

Fiché à la Banque Nationale : est-il possible d’obtenir un financement ?

Pour un interdit bancaire, trouver une solution de financement est difficile, mais heureusement pas impossible. Il est vrai que les établissements prêteurs prennent le temps de consulter la base de données de la Banque Nationale de Belgique avant d’octroyer des crédits. Mais, il faut se rappeler qu’être interdit bancaire ne veut pas dire être interdit de prêt.

Chaque banque en Belgique est libre de choisir à qui elle désire accorder ou non un crédit. De ce fait, même un client à risque, comme un fiché à la BNB par exemple, avec un bon dossier a une chance d’accéder à nouveau un financement.

Que faire pour pouvoir emprunter en contentieux ? Comment s’y prendre ?

En Belgique comme en France, les personnes fichées ne peuvent utiliser leur carte bleue. Ce qui les rend complètement paralysés. Mais, certains organismes financiers implantés en Belgique proposent aux personnes en situation de surendettement l’ouverture d’un compte associé à une carte bancaire.

Mais attention, pour bénéficier de ce type d’offre, il faut remplir certaines conditions. Pour pouvoir y prétendre, un particulier doit posséder patrimoine immobilier qu’il est prêt à mettre sous hypothèque.

Quelles sont les formes de crédit accessibles aux interdits bancaires ?

Au regard de la crise financière sévissant en Europe, plusieurs types d’aides financières ont été mis à disposition des particuliers surendettés : le prêt social, le rachat de crédit, le crédit hypothécaire. Il convient cependant de souligner qu’un fichage impayé survient pour toutes sortes de défauts de paiement (mensualités non payées, factures non réglées, etc.).

  • Le prêt social : il est octroyé aux personnes disposant d’un bien immobilier, une résidence principale, pouvant servir d’hypothèque. En outre, l’objectif de l’emprunteur doit être la conduite de travaux de rénovation ou l’achat d’un autre bien immobilier. Généralement le montant du prêt social est défini en fonction des revenus du potentiel emprunteur.
  • Le prêt hypothécaire : nettement plus facile à obtenir, il est également accordé aux particuliers possédant un logement. Les banques accordent plus d’attention aux interdits bancaires qui peuvent mettre en gage un bien immobilier. Car, même malgré les risques auxquels elles s’exposent, elles sont certaines de se faire rembourser. Tout comme le prêt social, le crédit hypothécaire peut servir au financement de travaux maison. Néanmoins, le demandeur peut également s’en servir pour régulariser  sa situation financière (augmentation de ses fonds de roulement, acquittement de ses dettes, etc.).
  • Le rachat de crédit : également connu sous le nom de regroupement de prêt, ce type d’emprunt a pour vocation d’aider les emprunteurs en difficulté à rembourser leurs crédits. Comment ça fonctionne ? Quand un emprunteur effectue une demande de rachat de crédit, l’organisme financier acceptant sa demande regroupe et s’engage à payer toutes ses dettes (crédit à la consommation, crédit immobilier, factures impayés, etc.). Ce qui permet à l’emprunteur de ne plus payer qu’une seule mensualité et de jouir de meilleures conditions de remboursement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *