Quelques conseils sur la gestion privée internationale quand on possède un bien en Italie

L’Italie est un pays magnifique doté d’une richesse culturelle, culinaire et patrimoniale exceptionnelle. L’Italie c’est aussi des montagnes, le soleil, les paysages, la Méditerranée… Bref, plein de bonnes raisons d’y acheter un bien immobilier. Seulement, avant de franchir le pas, voici quelques informations qu’il est utile de connaître.

L’imposition sur les revenus fonciers italiens

Comme en France, les revenus fonciers entrent dans le barème de l’impôt sur le revenu. En fonction de la valeur des revenus annuels, le taux est donc plus ou moins élevé :

  • Taux d’imposition de 0 % en dessous de 8 000 € de revenus
  • Taux d’imposition de 23 % pour les revenus compris entre 8 000 € et 14 999 €
  • Taux d’imposition de 27 % pour les revenus compris entre 15 000 €et 28 000 €
  • Taux d’imposition de 41 % pour les revenus compris entre 55 000 € et 75 000 €
  • Taux d’imposition de 43 % au-delà de 75 000 € de revenus

À cet impôt sur le revenu vient s’ajouter une taxe régionale s’élevant entre 0,9 % et 1,7 %.

Quel est l’impôt sur les plus-values immobilières italiennes?

Étant donné la hausse constante du marché de l’immobilier, lorsqu’on vend un bien, on profite très souvent d’une plus-value entre la valeur perçue au moment de la vente et la valeur investie lors de l’achat du bien.

Comme en France, les plus-values immobilières sont imposables en Italie. Le contribuable a le choix entre une imposition spécifique au taux de 20 %, ou une imposition basée sur le barème d’imposition des revenus évoqué ci-dessus.

Il faut préciser que si le bien est vendu plus de 5 ans après son achat, la plus-value immobilière est entièrement exonérée.

Qu’en est-il quand on est un Français possédant un bien en Italie?

Il y a une convention fiscale entre la France et l’Italie en matière d’impôt sur le revenu et sur la fortune. Autrement dit, les revenus fonciers sont imposables dans le pays où le bien immobilier est situé. Ainsi, en tant que Français, on paie uniquement des impôts fonciers en Italie. Pour une gestion privée internationale de qualité, il est recommandé d’opter pour les services d’un expert.

En cas de plus-value immobilière italienne, la France peut imposer cette plus-value. Auquel cas, le contribuable a le droit à un crédit d’impôt identique au montant d’imposition de la plus-value en question.

L’investissement immobilier, ou autre, dans un pays étranger est toujours à aborder avec patience et recul. Les règles fiscales et les règles immobilières sont parfois différentes de nos normes hexagonales, ce qui peut être un peu déstabilisant. En ce sens, l’apport et la valeur ajoutée d’un expert reconnu est indispensable. Ainsi, vous gagnerez beaucoup de temps et vous pourrez mieux optimiser vos placements sur le long terme. Dès à présent, vous pouvez réaliser une recherche sur internet, lire les avis des internautes et surtout lire les actualités fiscales afin de connaitre les grandes lignes liées à la fiscalité italienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *