Les médecins légistes : formations et fonctions

Les médecins légistes, sont des médecins qui procèdent à des autopsies et à d’autres investigations pour déterminer la cause du décès. Ce sont des professionnels agréés formés et certifiés pour faire leur travail. Le cheminement vers une carrière de médecin légiste peut être long, car il faut être titulaire d’un doctorat en médecine. Dans tous les cas, le médecin légiste doit avoir une connaissance approfondie de la science et du corps humain et doit être en mesure d’expliquer en détail ses conclusions. Plusieurs fois, ils sont appelés devant les tribunaux à aider le juge à comprendre les preuves matérielles et leur lien avec la cause du décès, le moment du décès, etc.

Formation des médecins examinateurs

Ceux qui sont intéressés à devenir médecin légiste devraient commencer à l’étudier après l’enseignement secondaire, de préférence après l’obtention d’un baccalauréat dans un autre domaine. Il existe des diplômes dans des domaines connexes, tels que les sciences judiciaires.

Une fois qu’un baccalauréat est obtenu, un médecin légiste potentiel doit ensuite obtenir soit un doctorat en médecine, soit un doctorat en ostéopathie. L’étudiant peut choisir une majeure dans n’importe quel domaine médical. La plupart des écoles de médecine n’ont pas de programme de médecine légale, mais certaines offrent des cours sur le sujet. Après avoir obtenu votre doctorat, vous devez ensuite vous inscrire à un programme de résidence en pathologie et en médecine légale.

Fonctions du médecin examinateur

Les médecins légistes, comme Sophie Gromb-Monnoyeur, ont plusieurs tâches à accomplir, car une partie de leur travail se déroule sur des lieux de crime et l’autre moitié dans un établissement ou un laboratoire. D’autres fois, ils sont appelés en justice et doivent témoigner lors d’un procès. Les tâches plus spécifiques comprennent :

Sur les lieux du crime, ils peuvent :

  • Examiner et documenter les blessures etc.
  • Déterminer l’identité
  • Récupérer les restes du corps et assurer son transport
  • Travailler en étroite collaboration avec les forces de l’ordre, les détectives, etc.

Dans le laboratoire du crime, ils peuvent :

  • Effectuer des autopsies
  • Déterminer l’identité si ce n’est pas fait dans les lieux du crime
  • Examiner et documenter les blessures, etc.
  • Recueillir des preuves de trace

Déterminer le mode de décès (naturel, homicide, suicide, accidentel, indéterminé)

  • Recueillir et interpréter des preuves toxicologiques

Au tribunal, ils peuvent :

  • Témoigner pour la poursuite
  • Témoigner pour la défense

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *