Focus sur le métier de conditionneur

Si on vous demandait à quoi sert la bouteille de bière, quelle est l’idée qui vous viendra en premier ? Vous répondrez sûrement que la bouteille sert à contenir la boisson pour ainsi faciliter le transport. C’est effectivement l’idée qui nous vient en tête en priorité. Et c’est en partie vrai. Néanmoins, cette réponse représente uniquement la tête de l’iceberg si on devait résumer ce qu’est le conditionnement. Ainsi, nous allons mettre un peu de lumière sur les activités d’une société en conditionnement dans cet article. De cette façon, chacun sera en mesure de connaître la fiche métier d’un conditionneur.

Un métier qui est donc peu connu, pourtant son utilité est indispensable pour toute l’industrie agro-alimentaire.

Les principes du conditionnement

Comme son nom l’indique, le conditionnement tient plus d’une mise en condition dans un environnement propice que d’une simple mise en contenant. La raison pour laquelle un produit doit être conditionné est que l’air atmosphérique ne permet pas de garder sa qualité idéale. Car l’oxygène va dégrader les aliments par le billet de l’oxydation. Le contenant a donc été conçu de façon à garder une condition atmosphérique favorable pour le produit et dans certains cas on peut parler de mise sous vide, c’est à dire qu’on retire l’air de contenant.

Par ailleurs, il ne faut pas confondre le conditionnement à l’emballage. Comme mentionné ci-dessous, le conditionnement est la création d’un contenant pouvant contenir un environnement favorable à la qualité du produit. C’est donc le premier contenant en contact direct avec le produit. En revanche l’emballage est un deuxième contenant permettant de gérer la logistique et l’unité de vente du produit. Un produit conditionné peut donc être emballé en même temps. Cependant, l’emballage n’est pas souvent dans le processus de production d’un conditionneur.

Les enjeux du secteur

Le premier enjeu d’une entreprise conditionneur réside dans la production de contenant de plus en plus innovant pour s’adapter à la diversité des produits. Le conditionneur se doit donc toujours de fournir des contenants adaptés en exploitant les ressources naturelles si nécessaire. En même temps, les technologies de conditionnement se doivent toujours de s’améliorer pour s’adapter à cette variété de produits. En effet, à part les nouvelles méthodes de conditionnement pour de nouveaux produits, les méthodes existantes doivent également suivre des programmes d’amélioration au fil du temps. Il est évident par exemple que le conditionnement de la bière d’aujourd’hui n’est plus la même qu’au temps de nos précédentes générations. L’avancement de la technologie oblige tout secteur à améliorer leurs méthodes, et le secteur du conditionnement à façon suit le même cours.

Le deuxième enjeu est le respect de l’environnement. La diversité des produits et la demande en constante augmentation entraînent une hausse de la production de contenant. Après usage, les contenants pourront, représenter une nuisance à l’environnement si des mesures de recyclage et de traitement des déchets ne sont pas entreprises de façon continue. Ainsi, la convention écologique attend des conditionneurs que leurs contenants soient toujours recyclables. Certains conditionneurs ont même commencé à produire des contenants biodégradables.

D’ailleurs, toute l’innovation dans ce secteur se focalise ces dernières années sur la recherche et le développement de technologies permettant de produire des contenants qui soient les plus respectueux de l’environnement tout en réduisant le coût de production afin de pouvoir jouer sur le marché de la concurrence et proposer une alternative viable économiquement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *